EJEUNE

L’infidélité : toi, moi…et l’autre.(1)

L’infidélité : toi, moi…et l’autre.

Un regard, un sourire et la magie opère. On tombe amoureux. On se met ensemble, pour le meilleur et pour le pire et parfois, le pire arrive. Un autre regard, un autre sourire et la magie opère ailleurs. L’un des partenaires s’éloigne, du moins émotionnellement et donne un coup de canif au contrat. Qu’est ce qui pousse à l’infidélité ? Est-ce qu’il est possible de l’éviter ?

Tout d’abord, il faut écarter les infidèles pathologiques. On les connait, il ou elle adore papillonner, butiner de fleur en fleur. Ce qui les intéresse c’est le jeu de séduction, la chasse à travers laquelle ils essaient vainement de réparer une blessure narcissique. Ces éternels insatisfait(e)s ont le besoin constant d’être rassurés parce qu’au fond, ils manquent cruellement de confiance en eux. Leur cas relève de la psychanalyse et quelque soit l’amour qu’on leur porte, on ne peut pas les changer. Si on veut éviter une relation destructrice, le mieux est de s’en éloigner le plus vite possible.

Mais pour les autres, les couples qui s’aiment, l’infidélité reste quelque chose d’incompréhensible, d’inattendu et souvent cause une cassure irréparable. Pourtant, contrairement à ce qu’on croit, l’infidélité n’est jamais imprévisible même si parfois on se met volontairement des œillères pour éviter de voir la vérité en face. Peu à peu des changements s’opèrent dans la relation, des signes avant-coureurs que quelque chose ne va pas, que l’on va doucement mais sûrement, soit vers une rupture, soit vers l’infidélité.

D’ailleurs, ...

Commentez

Nouvelle version EJEUNE

Pour nous contacter

Suivez-nous sur Facebook

Dans les kiosques ce mois-ci

EJEUNE
SKWERE © 2015 Tous droits réservés