EJEUNE

L’enseignement supérieur privé : comment dépasser la réactivité au profit de l’anticipation ?(1)

L’enseignement supérieur privé : comment dépasser la réactivité au profit de l’anticipation ?

La révolution du jasmin vient à point nommé pour masques et illustrer de faire tomber les façon pertinente la non-réussite de l'enseignement supérieur public avec ses 300.000 diplômés venus grossir les rangs impressionnants des 500.000 chômeurs.

Aussi, faut-il remettre en question un système national d'orientation basé uniquement sur des notes non dénuées de considérations clientélistes, sinon élitistes, à l'exclusion de toute motivation personnelle qui constitue pédagogiquement le moteur de toute réussite ; ce qui explique les errements, l'absentéisme et surtout la médiocrité des résultats, des niveaux, la recrudescence de l'exode des plus ambitieux à l'étranger, et pour les moins nantis, le départ vers le privé en vue d'optimiser leur chance de réaliser la formation de leur rêve.

L’alternance crédible présentée aujourd’hui par l’IHET, l’unique université privée spécialisée dans le management,  nous a poussé à vous présenter cet entretien avec l’un de ses fondateurs Pr. Slaheddine Hellara.

En évoquant l’handicap de l’image négative de l’enseignement supérieur privé, Pr. Hellara insiste sur le fait que c’est une vieille rumeur dépassée aujourd’hui et qui reposait sur une grave confusion entre qualité de formation / orientation réussie  et gratuité de l’enseignement supérieur public. Il ajoute que «si dans le régime dictatorial révolu, l’enseignement supérieur privé représentait la 5ème roue de la charrette pour ne pas dire le ...

Commentez

Nouvelle version EJEUNE

Pour nous contacter

Suivez-nous sur Facebook

Dans les kiosques ce mois-ci

EJEUNE
SKWERE © 2015 Tous droits réservés